Malaise à la DGRKC, Jean André Nkunku rend le tablier et s’en sort mains propres

Un climat malsain règne au sein de la Direction Générale des Recettes du Kongo-Central. C’est ce qu’on peut comprendre de la démission de Jean-André Nkunku Kamalandua à la tête de la Direction de l’Administration et des Ressources Humaines.

Dans sa lettre adressée au Gouverneur de Province, Jean André Nkunku explique le motif qui le pousse à quitter cette importance institution qu’il a servi pendant trois ans de décembre 2019 à décembre 2022.

« J’aurais bien voulu poursuivre encore quelques temps cette vie de service au profit du personnel de notre institution mais hélas quelques considérations me poussent à changer d’orientation », écrit-il.

Il a motivé, en grande partie, sa démission par un climat malsain qui prévaut actuellement au sein de cette régie financière.

« Il s’agit en premier lieu du climat malsain qui règne au sein de la DGRKC, tel que dénoncé dans ma lettre adressée à votre Autorité en date du 29/11/2022, dont copie pour mémoire en annexe, singulièrement entretenu et dirigé à mon égard, lequel ne favorise pas mon épanouissement socio-professionnel ».

Vu l’âge avancé, le DARH veut se repositionner autrement dans la vie en quittant le Service de carrière de l’Etat et laisser la place aux jeunes.

« Comme les vielles herbes cèdent la place aux nouvelles, la relève avec la jeunesse montante doit être assurée ; c’est ainsi que va la vie ; les uns entrent, les autres sortent sans que le service n’ait souffert », a-t-il poursuivi.

L’arbre qui cache la forêt

A la base de cette démission, une situation tendue entre le DARH et le Directeur Général Adjoint en Charge de Coordination des Directions Administratives et Finances, Bodi Tsasa Floribert.

Dans la correspondance du 29 novembre 2022 citée dans sa lettre de démission dont copie est parvenue à la rédaction de Kongo Média, Jean André Nkunku avait fustigé auprès du Gouverneur de Province un climat malsain au sein du Comité de Direction de la DRGKC mais qui, jusqu’à aujourd’hui n’a reçu gain de cause.

A la base, une dénonciation contre sa personne de deux fautes en l’occurrence de la violation de la procédure de transmission des correspondances à la hiérarchie de la DGRKC avec son visa et la signature d’un ordre de mission d’un Chef de Bureau/Inspecteur fictif en lieu et place du Directeur Général ou de son Délégué.

Cependant, dans l’accusation d’usurpation du pouvoir, Jean André Nkunku, a relevé qu’après analyse minutieuse du document que son auteur aurait usé de faux et usage des faux en falsifiant ou en imitant sa signature. Une plainte contre les fausseurs (Landu Tsassa Placide et Bodi Tsasa Floribert) pour “faux et usage de faux et dénonciation calomnieuse” a été déposée au Parquet Général de Matadi dont le dossier suit son cours normal.

Tout en sollicitant l’arbitrage du Gouverneur de Province sur la gravité des faits, le DARH était mis sous embargo au sein du Comité de Direction.

« A ce sujet, Excellence Monsieur le Gouverneur, je vous informe que je suis déjà placé sous embargo, car je ne participe plus à des réunions du Comité de Direction sur instruction du Directeur Général en ma qualité de Directeur de l’Administration et des Ressources Humaines », peut-on lire dans la lettre du 29/11/2022.

Cette démission est saluée par bon nombre d’observateurs, car estiment-ils, à ce jour il existe peu d’hommes intègres qui, après avoir constaté un climat malsain et ne voulant pas s’immiscer dans l’opprobre, préfèrent rendre le tablier pour sortir mains propres et Jean André Nkunku en est un bel exemple.

Avec cette démission tout reste à croire que les nominations des Directeurs au sein de la Direction Générale des Recettes du Kongo-Central ne vont pas tarder surtout en ce début d’année.

Reagan Nsiese

Articles similaires