Radio

Boma : Lancement de la deuxième phase du projet de protection de la sûreté individuelle et responsabilisation des acteurs judiciaires

La dynamique pour le droit, la démocratie et le développement durable, (D5) a avec l’appui financier de Diakonia/RDC, lancé le week-end dernier, la deuxième phase du projet ‘‘protection de la sûreté individuelle et responsabilisation des acteurs judiciaires dans la ville de Boma’’ ». C’était dans la salle TM & Frères à Boma au Kongo Central.

Le projet vise la protection de la liberté d’aller et venir, autrement appelé sureté individuelle. Ce lancement a réuni les autorités politico- administratives de la ville de Boma, le Procureur de la République, la Présidente du Tribunal de Paix, les acteurs judiciaires, le commandant du commissariat urbain de Boma ainsi que les défenseurs de droits de l’homme.

Me Roger Mavungu, Secrétaire exécutif de la D5, a fait savoir que l’amélioration du respect des droits humains à Boma, par la protection de la liberté d’aller et venir dans le cadre de ce projet, passera par l’interaction entre le renforcement de capacités des acteurs judiciaires et la sensibilisation de la population sur cette problématique de la liberté d’aller et venir.

« Tout au long de ce projet, les acteurs judiciaires, les juges, les officiers du ministère tant publique que civile, les officiers de police judiciaire, le personnel de l’administration pénitentiaire, tous les personnels importants dans la phases pre-juridictionnelles et juridictionnelles pouvant amener s’il y a lieu, à la restriction de la liberté d’aller et venir, d’une personne poursuivie pour des fait infractionnelles seront d’une part, renforcés en capacités sur les instruments juridiques internationaux et nationaux de droits de l’homme, et d’autres part la population cible du projet, notamment les jeunes filles et garçons, les femmes maraîchères, seront sensibilisés sur la connaissance de leurs droits et libertés à travers des campagnes de sensibilisation et des sessions de formation », a dit Me Roger Mavungu.

Pour l’atteinte des objectifs assignés à ce projet, la D5 préconise mettre sur pied des comités observatoires de droits de l’homme de quartiers (CODH) dans les trois communes et un comité mixte au niveau urbain pour le suivi des recommandations de la base.

Josué Taty

Articles similaires

Politique de confidentialité Politique relative aux Cookies