Radio

Gouvernement provincial : face aux frustrations, Martin Solo éclaire l’opinion

Alors que les bruits vont dans tous les sens après la nomination des membres du gouvernement provincial, Martin Phoba Solo, Conseiller en communication du Gouverneur de province, fixe l’opinion dans une interview exclusive accordée à Kongo Média.

A l’en croire, le territoire de Kasangulu est bien représenté dans l’équipe gouvernementale du gouverneur Grâce Bilolo à savoir le Ministre des Finances, un candidat présenté par les élus de ce territoire. A ce sujet, il indique qu’il ne revient pas au gouverneur de contester les origines d’un fils ”Kongo” présenté par son regroupement politique et les élus provinciaux.

« N’oubliez pas qu’hormis le ministère des Finances, le territoire de Kasangulu a bénéficié du poste de Directeur de cabinet adjoint chargé des questions financières et bonne gouvernance. A cela s’ajoute le poste de Vice-président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central », a fait savoir Martin Solo.

Abordant la question sur la part du territoire de Kimvula, Martin Solo a précisé que le gouverneur ne débauche pas car il a nommé en fonction des propositions faites par les partis politiques et regroupements soulignant que le seul élu de ce territoire n’a pas manifesté le désir d’accompagner le gouvernement provincial.

Poursuivant son argumentaire, le Conseiller en communication du gouverneur a épinglé que le Directeur adjoint de la DGRKC chargé des Finances Vital Kabuiku Bitolo nommé récemment est originaire du territoire de Kimvula.

Par ailleurs, Martin Solo reconnaît qu’il est difficile de satisfaire tout le monde d’autant plus que la loi n’autorise que 10 ministres.

« Au niveau national, malgré les 53 postes dans le gouvernement, il y avait toujours des insatisfaits. Que dire pour un gouvernement de 10 Ministres. Il y aura toujours des insatisfaits. Plus récemment avec le gouvernement Guy Bandu, malgré qu’il y avait 10 ministres et 10 commissaires, le territoire de Lukula n’était pas représenté, mais la population avait compris qu’il s’agissait des contraintes politiques », conclut-il.

Signalons que les derniers arrêtés portant nomination des animateurs de la DGRKC, les membres du cabinet et ceux du gouvernement provincial, n’ont pas rencontré l’assentiment de la population de certains coins de la province.

Frédéric Nkedi

Articles similaires

Politique de confidentialité Politique relative aux Cookies