RDC : le développement et la prospérité du Kongo Central au cœur d’un échange entre la fondation El Shaddaï et les couches sociales de Mbanza-Ngungu

La fondation El shaddai et les structures TDN et Kongo Dia Mpa, ont Organisé une conférence ce vendredi 02 Juin à l’espace Dombasi à Mbanza-Ngungu au Kongo Central sous le thème Kongo Tukuika Muinda (Kongo Allumons la flamme dans tous les domaines pour le développement et la prospérité).

D’après le point focal de cette fondation le Pasteur Nzolantima, la tenue de cette conférence est motivée par la crise qui gangrène la société en général et celle dite Kongo en particulier.

« La motivation ce que la crise est évidente, la crise sera là dans les 6 mois qui arrivent. Si chaque congolais ou chaque Kongo ne se prend pas en charge, cela voudrait dire que les gens vont continuer à vivre dans la pauvreté. L’objectif, c’est de permettre à chacun de ne plus être mendiant que ce soit les étudiants ou les élèves », a dit le pasteur Nzolantima.

Selon lui, les congolais sont devenus spectacteurs alors que les potentialités sont énormes aux côtés des populations, il suffit juste qu’il y ait volonté de passer à l’action.

« On a trop observé, on a vu que les gens préfèrent toujours regarder à l’extérieur alors qu’ils ont tout entre leurs mains comme dirait la Bible qu’est-ce que tu as entre les mains et c’est ce que nous voulons que chacun réalise et les potentialités sont ici à Mbanza-Ngungu il y en a beaucoup, la terre est très riche vous regardez autour de nous tout pousse et à tout moment », a-t-il indiqué.

Monsieur Mangalibi, intervenant à cette conférence, a expliqué et démontré avec des simples techniques quotidiennes la manière dont on peut conserver les produits maraîchers et en avoir besoin lorsque la rareté se fait sentir (la tomate), la replantation de certaines cultures maraîchères afin de réduire des dépenses inutiles dans les ménages.

« Parmi les démonstrations qu’on a eu à faire aujourd’hui aux participants comment conserver la tomate pendant deux ans à l’aide de sel. Autres techniques, nous avons montré comment replanter les épinards, la ciboulette, les légumes, l’ail, l’oignon avec des sacs des ciments déjà utilisés », a fait savoir Monsieur Mangalibi.

Et de poursuivre: « le souci est celui de susciter l’intérêt pour que ceux qui ont suivi ce que j’appelle initiation deviennent à leur tour des vulgarisateurs ».

Signalons que ces initiatives visent à lutter contre la malnutrition, éviter des maladies diverses causées par des produits chimiques et réduire des dépenses inutiles d’une part et d’autre part valoriser la terre congolaise qualifiée de terre fertile.

A noter que plusieurs couches de la population ont pris part à cette conférence dont les chefs coutumiers, les responsables ecclésiastiques, les paysans et associations.

Frédéric Nkedi

Articles similaires